Nos voyages « spirituels »

Vézelay – Mai 2014 – 4ème4

C’est avec beaucoup de joie que nous avons pu, avec la classe de 4.4, découvrir la Bourgogne et la magnifique basilique de Vézelay.

Cise au somment de la colline, l’édifice accueille les pélerins et les touristes de façon majestueuse. Une profonde sérénité se dégage de ce haut-lieu religieux du Moyen-Age. En effet, à cette époque, Vézelay est une des destinations spirituelles pleinement reconnues avec Jérusalem, Rome et Saint Jacques de Compostelle (excusez du peu… !). L’abbaye a disparu (révolution oblige) mais les travaux de restauration entrepris au 19ème siècle, sous la conduite de Viollet-le-Duc, ont redonné à la basilique une splendeur à couper le souffle. Impossible de ne pas se laisser saisir par la beauté de ce bâtiment qui, à travers différentes représentations, s’emploie à retracer l’itinéraire des hommes à travers le temps et l’espace. Il faut avoir vu pour comprendre ! Ici, c’est une allusion au cosmos; là, les figures font allusion à divers peuples du monde; là encore, les apôtres reçoivent le souffle de l’Esprit… et au milieu de tout cela, le Christ qui règne en majesté, « alpha et omega », comme pour rassembler l’histoire et la destinée de tout l’univers. Le tympan magistral du Narthex, les chapiteaux, les styles architecturaux, la lumière… tout est réuni pour entraîner vers le haut. A chaque pas, nous découvrons une nouvelle page biblique… Il n’y a qu’à se laisser saisir et emporter. Notre guide nous a donné quelques clés de lecture pour découvrir cette merveille. la visite fut impressionnante et paisible.

La rencontre avec une jeune moniale, soeur Aude-Marie, fut tout aussi passionnante. Dans un langage simple et profond, cette jeune religieuse a présenté sa vie de consécration à Dieu au service des hommes. L’échange a été particulièrement nourri par les questions des élèves (qui a dit que ces sujets n’intéressaient pas les jeunes ?)

Il ne restait plus qu’à goûter à la psalmodie des moines et des moniales pour l’office de milieu du jour. Nous nous sommes donc laissé bercer par ces psaumes qui, à travers les voûtes, faisaient résonner les préoccupations et les prières des hommes avant de monter vers Dieu.

Ce passage fut comme un temps de pause dans le rythme trépidant de notre vie. A les écouter, nombreux parmi nos élèves ont vécu ce temps avec étonnement et intérêt. Incontestablement ce fut une belle étape spirituelle qui donne envie de poursuivre…

Merci à tous ceux qui se sont mobilisés pour la belle réussite de ce voyage.

 

Voyages des 5è2

Domremy – Orléans – Tiffauges – Puy du Fou (mai 2013)

Fin mai 2013, ce sont les élèves de la classe de 5è 2 qui sont partis en voyage à travers la France sur le thème : « la guerre de 100 ans et Jeanne d’Arc ».

Les étapes de Domremy, Orléans, Tiffauges et le Puy du Fou ont, chacune à leur façon, donné un éclairage particulier à cette confuse période de notre histoire.

Nous nous sommes attachés à découvrir ce personnage de Jeanne, si mystérieux et si attachant.

Quelle force a-t-il fallu pour conduire cette jeune fille à quitter son village natal et avoir une destinée si héroïque puisqu’elle y laissera sa vie ? elle n’avait que 19 ans !

Des voix de Domrémy à la chute finale à Rouen, elle en a parcouru du chemin et affronté des épreuves ! Chinon, Orléans, Reims, Compiègne… autant d’étapes qui allaient laisser une trace indélébile dans l’Histoire de France.

Nous avons été marqué par la simplicité de Domremy et par le souvenir si fervent que la pucelle a laissé à Orléans. Tiffauges, tout en faisant mémoire de Gilles de Rais, nous a surtout permis de mieux comprendre les techniques de combat du Moyen-Age. Le Puy du Fou, quant à lui, venait couronner ce voyage avec magie et féerie.

Nous ne pourrons plus évoquer le souvenir de Jeanne sans garder en mémoire sa fidélité à sa foi, sans nous rappeler sa constance au milieu des pires épreuves, sans admirer son sens du sacrifice. Dans un monde qui nous tourne continuellement vers la consommation et l’individualisme la petite Jeanne vient peut-être nous redire que ce qui donne sens à une vie et ce qui la remplit ce n’est pas d’abord de se rechercher soi-même mais bien plutôt de donner sa vie, d’une façon ou d’une autre, pour accomplir ce qui paraît juste et vrai… Saurons-nous entendre cela ?

 

« Pourquoi aimons-nous Jeanne d’Arc ? Parce qu’en elle, « ça sonne vrai », parce qu’elle n’appartient à personne, et que, face à elle, nous sommes tous interpellés dans notre manière de vivre et nos responsabilités en ce monde.
C’est un lieu commun de dire que la France doute de son avenir. En des temps difficiles, la tentation existe du repli sur soi, alors que la solidarité, le souci des autres et le sens du service seraient bien nécessaires. Jeanne, elle, les a vécus sans faille, toute donnée jusqu’à mourir. »
Jacques BLAQUART – Évêque d’Orléans

 2 au 6 mai 2012 – Magnifique Rome !

Il fallait se lever tôt, très tôt, ce matin du 2 mai pour mériter ce voyage dans la ville éternelle… mais l’effort valait le coup. 50 élèves de 4ème – 3ème étaient au rendez-vous accompagnés de 7 adultes: Mme Kouao, chef d’établissement; notre prêtre référent; 3 enseignants: Mme Fiorot (professeur de français – latin – grec), Mme Ruef (Histoire – Géographie), M. Scotto (religion) et 2 parents d’élèves: Mme Lallemand (notre « experte romaine ») et Mme Schmidtke (précieuse comptable). Départ à 3 heures du matin, des yeux pas encore tout à fait ouverts, mais une énergie déjà là. Ça tombait bien, nous allions en avoir besoin.

Arrivés en soirée dans la capitale italienne, nous avons pris nos quartiers chez les soeurs Servantes de la Charité. L’accueil a été remarquable tant par la gentillesse et la disponibilité que par la qualité des services.
Dés le lendemain, nous étions d’attaque pour découvrir le Mt Palatin et les différents Forums… Un temps idéal nous permettait de flâner au coeur de ces hauts-lieux de la Rome Antique pour découvrir ce qu’était la vie de ces fameux romains (pas si fous qu’Obélix veut bien le dire) qui profitaient de ces lieux pour écrire l’Histoire d’un Empire qui allait marquer la destinée de toute notre civilisation. L’après-midi, le Colisée nous attendait avec toute sa majestuosité avant que notre parcours ne nous conduise jusqu’à l’église St Clément qui nous racontait, à sa manière, comment le Christianisme allait s’établir progressivement à Rome. St- Jean de Latran, cathédrale du pape, nous permettait de conclure cette première journée dans l’émerveillement de la beauté et de la grandeur.

La deuxième journée nous éloigna tout d’abord du centre ville. Les catacombes St Sébastien nous attendaient pour nous rappeler avec force la ferveur des premiers chrétiens qui, malgré les persécutions des premiers siècles, se mettaient résolument à la suite du Christ bon pasteur dans la foi et l’espérance en la vie éternelle. Le centre ville, nous y étions en plein l’après-midi pour une découverte de la Rome baroque, une Rome géniale, colorée, époustouflante… si vivante, si joyeuse. Les étapes se succédaient, toutes plus « bluffantes » les unes que les autres: la « Piazza Navona » et sa fontaine des 4 continents (oui 4… et pas 5…), l’imposante fontaine de Trévi, le Panthéon, les peintures du Caravage à St Louis de Français, la voûte de l’église St Ignace… Et puis cette effervescence d’un quartier où l’on croque la vie à pleines dents au milieu d’un cadre somptueux… le tout, en dégustant des « gelati »…

Le dernier jour était réservé à St Pierre… et il fallait bien cela pour percevoir quelque chose du mystère de ce lieu que, d’habitude, nous apercevons à la télévision. Cette fois-ci, nous y étions. La place, la façade des appartements du St Père, l’obélisque vestige du Cirque de Néron (lieu du martyre de St Pierre), la coupole et sa perspective si imposante, la basilique et ses innombrables trésors (pensons ici en particulier à la Pieta de Michel-Ange et faisons mémoire du pape Jean-Paul II dont la tombe est continuellement vénérée par les pélerins). La Cité du Vatican et ses fameux musées nous ouvrirent les portes de la mythique Chapelle Sixtine et de ses merveilles innombrables.

Une dernière étape à la pizzeria et chez le marchand de glaces venait conclure un voyage inoubliable où la bonne humeur et le bon esprit avaient été présents du début à la fin. Les yeux, trop remplis d’images exceptionnelles, pouvaient alors se fermer pour profiter d’un repos bien mérité.

Merci à tous.

Michel Scotto – Animateur Pastoral

Voyages spirituels - École catholique privée primaire et collège | Institut de l'Assomption à Colmar (Haut-Rhin, Alsace) Voyages spirituels - École catholique privée primaire et collège | Institut de l'Assomption à Colmar (Haut-Rhin, Alsace)

Voyages spirituels - École catholique privée primaire et collège | Institut de l'Assomption à Colmar (Haut-Rhin, Alsace) Voyages spirituels - École catholique privée primaire et collège | Institut de l'Assomption à Colmar (Haut-Rhin, Alsace)

Voyages spirituels - École catholique privée primaire et collège | Institut de l'Assomption à Colmar (Haut-Rhin, Alsace) Voyages spirituels - École catholique privée primaire et collège | Institut de l'Assomption à Colmar (Haut-Rhin, Alsace)
Voyages spirituels - École catholique privée primaire et collège | Institut de l'Assomption à Colmar (Haut-Rhin, Alsace) Voyages spirituels - École catholique privée primaire et collège | Institut de l'Assomption à Colmar (Haut-Rhin, Alsace)