Archives

 

octobre 2018
L Ma Me J V S D
« sept    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

18 mai 2018 : rencontre avec le père Raniero Cantalamessa

Le 31 mai 2018 // De Assomption // Catégorie :Divers // ajouter un commentaire

 Prédicateur de la maison pontifcale à Rome et proche du pape François, le père Cantalamessa nous a fait l’immense joie de venir à la rencontre des élèves de 4è – 3è de l’Institut de l’Assomption. Avec la complicité des sœurs de St Joseph qui mirent à notre disposition leur plus grande salle, ce sont à peu près 200 participants qui se sont donc rassemblés pour écouter et dialoguer avec le père Raniero.

 Ce qui nous a d’abord touché, ce fut sa simplicité, sa gentillesse pour ces jeunes qui reconnaissaient bien volontiers ne pas toujours avoir un parcours clair sur le plan religieux. Et pourtant, que cette rencontre fut belle, empreinte d’un grand respect mutuel !

 

Avec beaucoup de délicatesse, le père évoque son itinéraire personnel pour poser la question centrale : « Comment rencontrer Dieu dans ma vie ? » Il parle d’espérance, précise que pour lui, la confiance en soi vient avec la conviction qu’on sait Dieu proche de soi. Il parle de la miséricorde de Dieu convaincu qu’elle est infinie. Il encourage chacun à se tourner vers Dieu quelle que soit sa religion : « On peut bien donner des noms différents au soleil, il n’y en a qu’un seul. Oui, Dieu a des noms différents mais c’est vers l’Unique que nous nous tournons tous ! » La place de l’intériorité est aussi abordée : « Prenez du temps pour vous dégager de toute l’agitation extérieure : prenez du temps dans votre cœur, c’est là que Dieu vous parle ! ». Réfléchissant avec les jeunes sur le sens de la vie, il se permet de faire la distinction entre  »personne » et  »personnage », relevant la superficialité d’un monde qui a parfois tendance à chercher des idoles sans privilégier la profondeur d’une relation personnelle. Il invite à la joie en déclarant que s’approcher de Dieu ce n’est pas renoncer à celle-ci, bien au contraire.

Avec des mots simples, le prédicateur prend le temps de réfléchir avec ses interlocuteurs. L’âme se nourrit au fil des remarques et des réflexions. L’assistance constituée d’un jeune public, peu habitué à ce genre de rencontre, est très attentive. On peut dire que nos élèves ont été exemplaires ! Les applaudissements ponctuent les grands moments de l’intervention. Les questions sur des sujets de premier ordre manifestent, s’il en était besoin, l’intérêt suscité : « Pourquoi Dieu nous a-t-il créé ? », « Quelle place pour les femmes dans l’Eglise ? » La position de l’Eglise sur des questions sociétales est aussi abordée. Et puis on parle des  »vocations » dans l’Eglise, de la foi et de la part de doute qui peut exister. On s’arrête aussi sur la mort et la destinée ultime de la personne humaine. Les jeunes se sont visiblement appropriés le débat et c’est l’occasion de poser des questions centrales qui reflètent leur attente et leur soif de réponses.

Au terme de cette rencontre, Mme Bérion, chef d’Etablissement conclut en reprenant quelques unes des grandes lignes abordées. Elle insiste notamment sur l’espérance transmise et le regard d’amour de Dieu sur chacun.

Le jeune Alban, élève de 3è, interprète magnifiquement un chant et termine sous les applaudissements de ses camarades et le regard bienveillant du père Raniero.

 Au terme de cette rencontre, les jeunes viennent volontiers saluer le père, on fait quelques autographes ou quelques photos. Le père franciscain, ravi de ces contacts simples et directs, s’est mis au niveau de ces jeunes qui repartent à la fois impressionnés mais surtout imprégnés de ces paroles qui ont, ce jour-là, touché leur cœur et qui, petit-à-petit, germeront pour accompagner chacun sur son chemin.

 Merci à tous ! Que l’Esprit de Pentecôte qui a illuminé cette rencontre soit une lumière pour chacun !

Synthèse – Conclusion – Remerciements de Madame Dominique BERION,

Chef d’Etablissement de l’Institut de l’Assomption à Colmar, lors de la rencontre des élèves de 4è-3è avec le père Raniero CANTALAMESSA le 18 mai 2018 chez les sœurs de St Joseph.

 Merci mon père pour ce grand moment parce que je crois que, au vu de l’écoute et de l’attention de nos élèves, qui ont été exceptionnelles, je pense que vous avez pu délivrer à ces jeunes un message d’espérance et répondre à des questions existentielles ou spirituelles qui vont faire leur chemin petit-à-petit.

En tout cas, moi j’ai retenu des choses que nos jeunes vont pouvoir ancrer : c’est qu’ils doivent se satisfaire d’être déjà dans un monde de paix et qui n’a pas connu la guerre.

J’ai retenu que chacun sait qu’il est sur terre parce que c’est l’amour de Dieu qui a fait qu’il est arrivé sur terre : chacun d’entre nous doit se sentir aimé et ça c’est une espérance qui peut vous faire avancer, vous faire vivre la poursuite de votre expérience sur cette terre.

J’ai retenu « être capable de s’émerveiller ». Je crois que c’est quelque chose qui nous importe aussi en tant que communauté éducative, que tous les jours, vous vous émerveilliez des nouvelles connaissances, des nouvelles relations que vous avez avec les autres.

Je pense que le fait que vous ayez dit aussi que chacun est précieux, que nous sommes tous connus, nous sommes tous aimés d’un Dieu, de Dieu, je pense que ça peut aussi faire avancer nos jeunes. Entamer un dialogue avec Dieu, c’est un petit peu le message que vous avez pu aussi leur donner aujourd’hui, qui n’est pas la crainte, d’écouter cette petite voix intérieure, comme vous l’avez dit à un moment donné, pour faire son cheminement, pour faire en sorte que chacun puisse aussi se donner du temps pour soi pour avancer et surtout rentrer en relation avec Dieu qui peut nous aider à avancer, entrer en relation avec les autres.

J’espère que j’ai à peu près résumé, en tout cas c’est ce que j’ai pu entendre, c’est quelque chose aussi qui nous anime parce que vous êtes tous précieux à nos yeux en tant qu’éducateurs dans cette école. Vous êtes précieux aux yeux de Dieu et vous êtes précieux à nos yeux et nous faisons aussi en sorte que vous avanciez, que vous vous construisiez et que surtout vous soyez heureux et que vous ne versiez pas dans le désespoir mais que la vie est belle !

Voilà, c’est un petit peu le message que je voulais compléter par rapport à notre mission d’éducateur.

En tout cas un grand merci. Nous avons vécu un moment exceptionnel et j’espère que ce sera un moment qui restera gravé dans la mémoire de chacun et que, peut-être, l’annonce a peut-être eu lieu pour certains d’entre eux aujourd’hui. Merci mon père.

  • Partager cet article sur :

Laissez un commentaire

Votre adressse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec*